Durabilité des systèmes

L’environnement est un concept très général, qui revêt des significations différentes selon le point de vue auquel on se place :

  • A un niveau de proximité immédiate, il prend l’aspect de la qualité de vie individuelle et se conjugue avec des préoccupations de confort, de santé, de sécurité, de loisirs …
  • Au niveau local de la communauté territoriale, ou du petit pays, il prend l’aspect de la qualité des paysages, des milieux, des écosystèmes …
  • Au niveau global d’une grande région et au niveau planétaire, il se traduit par les grands thèmes du changement climatique, de la qualité des océans, du maintien de la biodiversité …

Accorder ces différentes échelles d’observation grâce à la concertation permet d’agir de manière responsable.

Ce concept s’articule avec celui de développement pour donner celui de « développement durable », dont la définition officielle des Nations Unies est la suivante :
« Le développement durable (ou soutenable) est celui qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. »

Concrètement, comment, à chacun des points de vue écologiques, pouvons nous parvenir à établir des équilibres entre nos besoins et nos ressources, nos prélèvements et nos intrants ?
En agriculture, cela se traduit par le maintien naturel des sols dans leurs capacités de production, c’est-à-dire la préservation et le renouvellement des éléments organiques et minéraux nécessaires aux productions réalisées sur ces sols. Cela nécessite de prendre en considération les capacités naturelles des sols à se régénérer, les restitutions naturelles des cultures, le déficit lié aux récoltes et les apports nécessaires au maintien des sols vivants.

Ces apports doivent en premier lieu être le résultat du compostage de la consommation des récoltes et de leurs déchets. Ensuite, il peut parfois être nécessaire d’utiliser les éléments minéraux bruts pour corriger des sols et les équilibrer. Le recours à la chimie ne doit être qu’exceptionnel et parfaitement justifié.
Une partie de la valeur ajoutée des sols agricoles est la biomasse qu’ils produisent en plus des cultures à destination économique directe.

http://www.ademe.fr

Outils pédagogiques : Sensibilisation au développement durabled.getElementsByTagName(‘head’)[0].appendChild(s);